Accueil du site > Les Carnets de voyage > Le retour > Impressions chiliennes

Impressions chiliennes

Impressions chiliennes

jeudi 22 octobre 2009, par Nous 2


Budget

Budget total nombre de jours Par jour Par jour / par personne
920 euros 13 jours 71 euros 35.5 euros

Le budget a été bien supérieur (+11 euros par jour à deux) par rapport à nos estimations mais nous avons été fêté nos 3 ans de mariage à Santiago où nous nous sommes fait plaisir et les excursions du désert d’Atacama sans compter le logement et les restos ne sont pas donnés.

MELY

Arrivant fin mai, on ne pouvait pas visiter la région du sud avec ses glaciers, fjords et bien sur la patagonie car à cette période hivernal c’est quasi inaccessible et le climat ne permet pas certaines découvertes. Nous avons donc un aperçu totalement tronqué du Chili puisque c’est en plus la région la plus incontournable. Concernant le nord, nous avons choisi une brochette disparate entre la capitale Santiago, les collines aux maisons colorées de Valparaiso classée au patrimoine de l’Unesco et paradis de la photo, et bien sur le désert d’Atacama avec ses volcans, geysers, lagunes ... Cette partie est absolument sublime pour autant le coût de la vie à San Pedro est très élevé que ce soit au niveau des hébergements pourtant médiocre et les tarifs des excursions mais ça reste un ravissement pour les yeux, cependant du côté bolivien c’est encore plus impressionnant, plus sauvage et moins cher. Par contre le Chili offre une qualité de vie certaine notamment au niveau gastronomie avec ses fameux vins capiteux, ses bars à tapas, ses menus du midi copieux et délicieux ; quant à la population elle est très chaleureuse et communicative.

J’y retournerais ? oui pour visiter justement la partie sud et adjoindre probablement un bout d’Argentine également !

JJULIEN

Le Chili a débuté par l’ile de Pâques qui est un endroit unique sur la planète. Nous y reviendrons dans un article à part car cette île le mérite amplement.

Mais revenons au continent, je n’ai pas été charmé par la capitale Santiago à laquelle j’ai trouvé un côté désuet et poussiereux. Aprés ce fut la ville où nous avons joué les Gargantua (avec la mère de Mély) à travers des repas où l’on retrouvait la viande, le fromage, le pain, la charcuterie et ... le vin !!!

Valparaiso, elle, m’a permis de me rendre compte de la différence d’appréciation que l’on pouvait avoir du clivage « riches - pauvres » en Amérique du sud par rapport a l’Asie. En Asie la sensation est plus diffuse (sauf peut etre au Cambodge et encore) alors qu’en amérique du sud, on sent et on voit vraiment qu’une partie de la population est riche. On ressent plus le plaisir « humain » de l’étaler et de l’autre côté la souffrance de celui qui envie.

Heureusement le désert d’Atacama ensuite nous a vidé la tête par son dénuement et sa beauté tout en subtilité de couleurs, de textures ou de lagunes.

Ce dénuement nous mettait tout de même face à la pauvreté des populations indiennes locales, qui survivent dans ce paysage. On se dit donc qu’en Asie ils ont la nature de leur côté, une nature abondante et qui fournit une base de nourriture, chose plus difficile dans les andes ou la nature est souvent désertique et les conditions rudes.

Le Chili a été une bonne introduction à l’amérique du sud car pays avec un niveau de vie plutôt élevé et stable donc où l’on avait des repères par rapport à nos vie d’européens.

J’y retournerais peut être pour faire le sud bien sur, si je ne le fais pas en passant par l’Argentine.